Survivre à la Saison des Pluies au Congo : Astuces et Adaptations Locales

Date:

Chaque année, la saison des pluies en République démocratique du Congo fait son grand retour, comme une série télévisée dont on ne manquerait aucun épisode, avec son lot de péripéties et de défis. Et si vous êtes ici, c’est que vous voulez apprendre à naviguer ces eaux tumultueuses avec la dextérité d’un piroguier local. Découvrez sans attendre nos astuces et les adaptations ingénieuses des Congolais, qui transforment cette période aquatique en un véritable art de vivre. Oubliez les bottes de pluie à paillettes, ici on vous parle vrai : comment vraiment survivre à la saison des pluies en République démocratique du Congo.

Préparation des habitations

La saison des pluies République démocratique du Congo demande une préparation minutieuse des habitations. Il s’agit souvent d’une course contre la montre pour s’assurer que chaque toiture soit en état de supporter les torrents d’eau qui s’abatteront inlassablement. Les gens vérifient les tuiles, les gouttières et les canaux d’évacuation afin d’éviter les fuites d’eau susceptibles de transformer le salon en une nouvelle attraction aquatique non désirée. Le colmatage des fuites devient une véritable art qui mixe créativité et ingéniosité, utilisant parfois des matériaux surprenants comme des bouteilles en plastique ou des sacs de sable.

En outre, il faut penser à surélever les meubles et les équipements électriques. L’humour local veut que l’on dise qu’à cette époque, les canapés et les lits développent des « pattes » pour s’éloigner de la menace liquide. L’idée est de prévenir les dégâts et de sauver ce qui peut l’être, car la montée des eaux peut survenir rapidement. Les résidents expérimentés ont souvent une marque sur le mur, témoignant des niveaux d’eau des saisons passées, une sorte de baromètre du survivant des inondations.

Gestion de l’eau potable

Pendant la saison des pluies République démocratique du Congo, l’eau est partout, mais ironiquement, pas toujours potable. L’eau de pluie peut être une bénédiction, mais elle peut également transporter des bactéries et des parasites si elle n’est pas correctement filtrée. C’est ici que les connaissances traditionnelles et modernes se rencontrent. Des systèmes de récolte d’eau de pluie sont souvent mis en place avec des filtres pour recueillir de l’eau propre, notamment par l’utilisation de tissus, de sable, et de charbon de bois comme purificateurs naturels.

L’achat d’eau en bouteille ou le stockage d’eau en jerricanes devient aussi une pratique courante. Cependant, la plaisanterie locale va bon train en voyant un voisin transporter, non pas un, mais une dizaine de jerricanes sur sa tête. Des stratégies de bouillir l’eau pour éliminer les germes et d’ajouter des comprimés de purification sont également adoptées pour assurer une consommation sans risque. L’objectif est de transformer l’eau de source d’inquiétude en source de vie, sans surprises indésirables.

Les déplacements

Se déplacer pendant la saison des pluies République démocratique du Congo tient parfois du parcours du combattant. Les rues se transforment en rivières et la boue joue les traîtres sous vos pieds. Les Congolais disent souvent à la blague qu’ils acquièrent des compétences en natation sans jamais toucher une piscine. Les véhicules doivent être robustes, et les motos prêtes pour le Mud Rally annuel improvisé. C’est le moment où les bottes en caoutchouc et les ponchos deviennent des indispensables de la mode locale.

Il n’est pas rare de voir des groupes d’individus pousser un bus englouti jusqu’aux essieux dans la boue, pendant qu’un « orchestre » de spectateurs encourage l’effort collectif par des applaudissements et des chants à l’humour indéfectible. Les taxis-motos se muent en héros des transports, naviguant adroitement entre les nids-de-poule transformés en lacs miniatures. Bien sûr, on ne sort jamais sans son fidèle parapluie, constamment prêt pour le combat contre les cieux déchaînés.

L’agriculture et l’élevage

Les agriculteurs et les éleveurs locaux adaptent leurs techniques aux caprices de la saison des pluies République démocratique du Congo. Les champs sont préparés avec des systèmes de drainage pour canaliser l’excès d’eau et éviter que les récoltes ne soient noyées sous l’afflux soudain. Des variétés de plantes résistantes à l’humidité élevée sont préférées, permettant de garantir une production alimentaire tout au long de la saison. C’est une époque où la lutte entre l’homme et la nature s’intensifie, un match où chacun doit marquer des points.

Pour l’élevage, les abris pour animaux sont renforcés et surélevés pour les protéger des inondations, tout en veillant à ce que leur alimentation et leur accès à l’eau potable restent constants. Les éleveurs paraissent parfois comme des chefs d’orchestre dirigeant une symphonie de bêlements et de meuglements en quête de terrains plus asséchés. En période de pluies, la moindre parcelle de terrain sec devient une oasis convoitée, à défendre si besoin avec un sourire malicieux de ceux qui savent que l’humour est aussi nécessaire que l’herbe verte.

La vie quotidienne et sociale

La saison des pluies République démocratique du Congo redessine la vie quotidienne et sociale, rendant la solidarité et la communauté encore plus cruciales. Les voisins s’entraident pour boucher les trous des routes et créer des ponts de fortune. Les marchés locaux s’adaptent aussi, certains commerçants couvrant leurs étals de bâches colorées, tandis que d’autres choisissent d’équiper leur lieu de vente de plateformes surélevées. C’est une période où le partage et l’assistance deviennent le fondement des relations sociales, avec un échange continuel de services, de nourriture et de conseils précieux pour aborder au mieux cette période de l’année.

Les activités sociales ne s’arrêtent pas pour autant. Les réunions se tiennent en intérieur, les célébrations sont improvisées sous des tentes ou dans des maisons, créant des instants de convivialité chaleureuse contre toute attente. Les habitants rivalisent d’imagination pour offrir des divertissements et des retrouvailles pleines de chaleur humaine, qu’il s’agisse d’un concert de fortune ou d’une simple soirée passée ensemble à raconter des histoires ou à jouer aux cartes, en écoutant la rhapsodie incessante de la pluie sur les toitures.

Santé et prévention

Durant la saison des pluies République démocratique du Congo, la santé devient un défi majeur, les risques de maladies liées à l’eau telles que le choléra ou la malaria étant exacerbés. Ainsi, les mesures préventives, telles que les moustiquaires imbibées d’insecticide et les vaccins à jour, sont essentielles pour se prémunir contre ces menaces. L’accès aux centres de santé peut être difficile, c’est pourquoi la prévoyance en matière de soins est de rigueur, y compris l’auto-assistance et une pharmacie domestique bien garnie.

En ce qui concerne l’anecdote personnelle, je me souviens d’une fois où, armé de rien d’autre que de ma détermination et d’une vieille recette de grand-mère, j’ai concocté un répulsif anti-moustiques fait maison avec des clous de girofle et du citron. Cela m’a valu quelques moqueries mais, oh surprise, j’ai été l’un des rares à échapper aux piqûres cette saison-là! L’humour et l’inventivité sont de bons alliés, mais ils n’excusent pas la vigilance. Il est primordial de demeurer alerte à l’apparition de signes de malaises et de contacter les autorités sanitaires en cas de besoin.

Lorsque les nuages se chargent et que l’horizon gronde, annonçant la venue de la saison des pluies République démocratique du Congo, c’est toute une nation qui se prépare, s’adapte et montre sa résilience face aux intempéries. Entre la préparation des habitations pour éviter les inondations et la gestion habile de l’eau potable, les habitants du Congo font preuve d’une ingéniosité à toute épreuve. Les moyens de transport se transforment en véritables aventures et l’agriculture s’ajuste au rythme des gouttes de pluie. La vie quotidienne se réinvente sous des abris provisoires, tandis que les mesures de santé et prévention sont prises très au sérieux. C’est dans ces moments où l’eau tombe sans discontinuer que l’on mesure le véritable esprit de communauté et d’humour qui caractérise la nation congolaise. Une période où, malgré les défis, chacun trouve un chemin pour sourire sous la pluie et célébrer la vie, affirmant ainsi l’adage local : « Pas même le ciel en colère ne peut noyer notre joie de vivre. »

Jérôme Mourlon
Jérôme Mourlon
Journaliste et écrivain, j'ai publié 3 livres sur l'intelligence. Passionné d'écriture et de partage, je me passionne pour l'univers de la tech, de l'internet et des startups. J'ai créé le magazine WebMX afin de pouvoir laisser libre court à mes envies éditoriales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partagez

Newsletter

Derniers articles

Sur le même sujet
Continuons

Location de vélo à Paris : une façon pratique et écologique de découvrir la ville

Paris, ville emblématique de la France, est non seulement...

Voyage en Gambie : quand partir pour éviter la mousson et profiter du soleil ?

Chers aventuriers solaires, planifier un safari sans nuage ni...

Côte d’Ivoire: Conseils essentiels pour prospérer pendant la saison des pluies

Bienvenue sous le ciel capricieux de la Côte d'Ivoire,...

Embarquement immédiat : l’art de vivre une croisière inoubliable avec Royal Caribbean

Embarquez pour une aventure où l'océan rencontre le luxe...