Kenya sous les eaux : Survivre et s’adapter à la saison des pluies imminente

Date:

Alors que le Kenya se prépare à accueillir son invité saisonnier légèrement aquaphobe, la fameuse saison des pluies, les habitants s’organisent entre parapluie et pirogue pour vivre au rythme des précipitations capricieuses. Les bottes deviennent l’accessoire de mode incontournable et les terres, autrefois assoiffées, se laissent submerger par un enthousiasme liquide. Dans cet article, plongeons ensemble dans le quotidien des Kenyans, qui, entre adaptation et résilience, apprennent à danser sous cette douche céleste annuelle, témoignant de la force de la nature et de l’esprit humain au cœur de la « Saison des pluies Kenya ».

Anticiper les Inondations

Malgré les prévisions météorologiques régulières, la saison des pluies au Kenya peut surprendre par son intensité. Chaque année, les rivières gonflent, transformant parfois les rues en de véritables petits Venise africaines, sans le charme des gondoles malheureusement. Les habitants sont forcés de développer des réflexes pour anticiper ces montées des eaux, comme surveiller méticuleusement les niveaux des cours d’eau ou encore construire des barrières de protection autour des habitations. Il n’est pas rare de voir les résidents des zones inondables porter des bottes en caoutchouc à la mode « pêcheur expert » comme si cela faisait partie intégrante de l’uniforme national.

Si le système de prévisions météo s’évertue à donner des alertes préalables, l’adaptation reste la clé. Les agriculteurs, par exemple, doivent jouer avec le calendrier pour planter leurs semences sans risquer de les voir emportées par les premières averses. Ils se transforment en véritables joueurs de poker face à la météo, calculant les risques avec plus de sérieux que s’il s’agissait d’un tournoi de Texas Hold’em. C’est un équilibre délicat entre préserver leurs moyens de subsistance et ne pas perturber davantage un écosystème déjà en plein bouleversement.

Des Infrastructures à l’Épreuve des Intempéries

Les infrastructures kényanes ont longtemps souffert sous le poids de l’eau. Routes emportées, ponts submergés, la saison des pluies au Kenya n’est clairement pas le meilleur moment pour tester sa nouvelle voiture sur des chemins de traverse. L’état a ainsi entamé un processus de renforcement des infrastructures en utilisant des matériaux résistants à l’eau et en améliorant le système de drainage pour faire face à cette période. Les ingénieurs travaillent d’arrache-pied, conçoivent des plans d’action qui défient les précipitations – un match sportif contre Mère Nature elle-même.

Du côté de la population, le système D (pour débrouillardise) est roi. Les résidents se munissent de sacs de sable pour canaliser l’eau et parfois, construisent des ponts de fortune pour relier des communautés temporaires isolées par les eaux. Dans ma propre expérience, j’ai vu des villageois utiliser des troncs d’arbres pour fabriquer des radeaux improvisés, procurant un spectacle qui aurait presque pu être comique si la situation n’était pas aussi sérieuse.

L’Agriculture Face aux Précipitations

L’agriculture kényane et la saison des pluies au Kenya ont une relation… disons… compliquée. C’est un peu comme un couple qui ne peut pas vivre l’un sans l’autre mais qui, par moments, s’en veut terriblement. Les fermiers accueillent les pluies nourricières pour leurs cultures, mais redoutent également les inondations pouvant ravager des mois de dur labeur. Les sols doivent être bien travaillés pour faciliter le drainage, tandis que les récoltes fragiles doivent être protégées contre les averses brutales et potentiellement destructrices.

Les éleveurs ne sont pas en reste : ils doivent constamment trouver de nouveaux pâturages, plus élevés et secs pour éviter que leurs bêtes ne pataugent dans la boue ou ne tombent malades. Ils pratiquent ainsi une nomadisation moderne, guidant les troupeaux sur leur téléphone portable tout en gardant un œil sur le ciel, comme d’anciens mages interprétant les signes de la nature. Cette gestion précise des ressources naturelles témoigne de l’ingéniosité humaine face à l’adversité climatique.

La Santé en Période Humide

Quand vient la saison des pluies au Kenya, même les virus et les bactéries sortent leurs parapluies pour célébrer. La prudence est de mise, car l’eau stagnante devient le terrain de jeux favori des moustiques, menant à une recrudescence des cas de paludisme. Les hôpitaux et les centres de santé se mobilisent pour dispenser des traitements préventifs et éduquer la population sur l’importance de l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticide.

Mais n’imaginons pas que la prudence fasse oublier l’humour. Lors d’une visite chez un ami kényan durant cette saison, celui-ci me montrait fièrement son kit de « survie »: un mélange éclectique d’équipements comprenant des bottes en caoutchouc, une moustiquaire évidemment, mais aussi un chapeau de pluie extravagant digne d’une tenue de carnaval. C’est cette légèreté, cette capacité à rire malgré les défis, qui transforme l’endurance face à cette saison en une formidable leçon de résilience.

Les Défis Économiques des Pluies

La saison des pluies au Kenya ne vient pas seulement avec son cortège de nuages et d’averses, elle apporte aussi son lot de challenges économiques. Les commerces souffrent souvent d’une baisse de fréquentation, car soyons honnêtes, qui a envie de faire du lèche-vitrines quand on risque de se faire laver gratuitement de la tête aux pieds? Les transports, également, sont perturbés, car les délais d’acheminement des marchandises s’allongent avec les routes transformées en rivières. Et c’est sans compter sur les récoltes qui, parfois, sont lessivées avant même de parvenir aux marchés.

Cela dit, certains entrepreneurs y voient une opportunité : vente de parapluies multicolores, réparation express de chaussures abîmées, ou même organisation de tours en bateau dans les zones inondées redevenues navigables. C’est une période où l’ingéniosité commerciale est mise à l’épreuve autant que la patience. À noter que le secteur de la pirogue n’a pas encore atteint son plein potentiel. Qui sait, peut-être que le futur Jeff Bezos kényan se trouve actuellement en train de construire un empire sur les eaux montantes?

Communautés Unies Contre les Éléments

Si il y a une chose que la saison des pluies au Kenya ne parvient pas à inonder, c’est l’esprit de solidarité des Kényans. En ces temps humides, les quartiers deviennent des îlots d’entraide, où chacun s’assure que son voisin a de quoi tenir le coup. On échange des astuces pour garder les pieds au sec, on partage des mets cuisinés à ceux qui n’ont pu rallumer leur jiko (cuisinière traditionnelle), on se transmet les alertes quand les nouvelles inondations guettent.

À titre personnel, j’ai été témoin de cet esprit communautaire lors d’une crue surprise alors que je me trouvais dans un petit village près de Kisumu. J’ai vu des hommes et des femmes former des chaînes humaines pour sécuriser les biens et aider les plus vulnérables à rejoindre un refuge sûr. Un instant magique où, même trempés jusqu’aux os, les rires et la détermination prenaient le dessus sur le déchaînement des éléments. C’est cette résilience partagée qui montre que face aux caprices du climat, la solidarité reste le meilleur des boucliers.

Survivre et s’adapter à la saison des pluies au Kenya requiert une combinaison d’anticipation, d’ingéniosité et de solidarité. Malgré les défis posés par les inondations, les Kényans font face avec humour et débrouillardise, renforçant chaque année leurs stratégies collectives pour vivre au rythme des gouttes tombant du ciel. La saison des pluies, avec ses tumultes et ses éclats, reste un chapitre vibrant de la vie kényane, racontant des histoires de survie, d’adaptation et surtout de communautés tissées serrées, tout aussi résistantes que les parapluies qui fleurissent sous les ciels orageux.

Jérôme Mourlon
Jérôme Mourlon
Journaliste et écrivain, j'ai publié 3 livres sur l'intelligence. Passionné d'écriture et de partage, je me passionne pour l'univers de la tech, de l'internet et des startups. J'ai créé le magazine WebMX afin de pouvoir laisser libre court à mes envies éditoriales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partagez

Newsletter

Derniers articles

Sur le même sujet
Continuons

Location de vélo à Paris : une façon pratique et écologique de découvrir la ville

Paris, ville emblématique de la France, est non seulement...

Voyage en Gambie : quand partir pour éviter la mousson et profiter du soleil ?

Chers aventuriers solaires, planifier un safari sans nuage ni...

Côte d’Ivoire: Conseils essentiels pour prospérer pendant la saison des pluies

Bienvenue sous le ciel capricieux de la Côte d'Ivoire,...

Embarquement immédiat : l’art de vivre une croisière inoubliable avec Royal Caribbean

Embarquez pour une aventure où l'océan rencontre le luxe...