Entrez votre recherche

video-img
Voyage

5 idées reçues sur l’apprentissage du Chinois

Partager
img

Langue maternelle de plus d’un milliard de personnes, le chinois est la langue la plus parlée au monde. C’est aussi celle qui est la plus mal comprise, surtout parce qu’elle est très différente des langues occidentales, et semble trop compliquée. Inévitablement, cela a donné lieu à certaines idées reçues qu’il est temps de démystifier.

Il n’y a pas de grammaire en Chinois

Tout dépend de ce que l’on entend par « grammaire ». Si certains affirment qu’il n’y a pas de grammaire dans la langue chinoise, c’est qu’il n’y a pas de conjugaison des verbes en chinois, et la structure des phrases est souvent simple.

Par exemple, pour dire « je mange », en chinois on va dire « moi manger ». Pour dire « hier j’ai mangé », en chinois on va dire « moi hier manger ».

Pour indiquer quand se passe une action, la langue chinoise va utiliser des marqueurs de temps, tels que : aujourd’hui, hier, demain, le mois prochain, etc. Ces marqueurs suffisent à exprimer un contexte.

Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de grammaire. Les phrases ont une construction qui doit être respectée, l’ordre des mots a de l’importance. Il y a également de nombreuses « formes verbales » qui correspondent à une certaine façon de dire les choses.

C’est impossible d’apprendre le chinois à l’âge adulte

Les enfants ont plus de facilités à apprendre une langue étrangère, car jusqu’à l’adolescence, leur cerveau est capable d’enregistrer énormément de choses, il est comme une éponge. Mais cela ne veut pas dire qu’à l’âge adulte, il est impossible d’apprendre le chinois, bien au contraire.

En fait, un enfant et un adulte vont apprendre le chinois de façon différente. Pour les petits, cela se fera de façon plus ludique tout en restant sur des choses très simples. Les adultes seront mieux capables de comprendre les subtilités de la langue et de la construction des phrases.

D’ailleurs, de plus en plus de personnes de plus de 40 ans se lancent dans l’apprentissage du chinois, notamment pour des raisons professionnelles. Cette langue est devenue un atout dans le monde du commerce. 

Avec le développement des outils de vidéo-conférence, les écoles proposant des cours de chinois à distance voient arriver de plus en plus d’étudiants adultes, motivés, et qui réussissent à apprendre le mandarin pour peu qu’ils y investissent un minimum de temps.

Maitriser les tons de la langue chinoise n’est pas important

Le chinois est une langue tonale, ce qui veut dire que chaque syllabe peut être prononcée dans un des cinq tons. Le ton est un partie du mot, utiliser le mauvais ton, c’est utiliser le mauvais mot.

C’est d’ailleurs source d’erreur et de confusion lorsque les apprenants en chinois font leur première phrase. Par exemple la prononciation de 睡觉(shuìjiào) qui veut dire « dormir » est très proche de 水饺(shuǐjiǎo) qui veut dire « ravioli ». Les sons sont les mêmes, ce sont uniquement les tons qui changent.

Bien sûr, dans de nombreuses situations, même en prononçant le mauvais ton, un Chinois natif comprendra quand même en s’utilisant du contexte (même si cela lui demandera un peu d’effort). Mais plus les phrases deviennent complexes, plus la prononciation correcte des tons est indispensable pour bien se faire comprendre.

Apprendre les caractères chinois n’est pas indispensable

L’écriture chinoise est magnifique, mais c’est aussi une des difficultés de l’apprentissage de la langue. Heureusement, dans les années 80 un système de transcription phonétique des caractères a été créé : le pinyin. 

Si cela permet d’écrire en chinois avec l’alphabet latin, cela ne reste qu’un support qui indique la prononciation d’un caractère et ne remplace pas l’écriture. En Chine, tout est écrit avec les caractères datant pour certains de plus de 3000 ans.

Faire l’impasse sur l’apprentissage des caractères chinois, c’est être analphabète. 

On peut apprendre le chinois en regardant des séries télé ou en écoutant des chansons

C’est un mythe qui a la vie dure, mais qui est parti dû au fait que certains Français ont appris l’espagnol ou l’italien en regardant des films ou des séries. Oui c’est possible, mais il s’agit de langues latines, de la même famille que le français.

Essayez de regarder un film en chinois, vous n’allez rien comprendre. Regardez 10 films, et ce sera toujours « du chinois ».

Regarder des films ou des séries est un moyen ludique d’apprendre le chinois, mais à condition que vous ayez déjà quelques bases. Ce n’est que lorsque vous arrivez à comprendre 75% des conversations, que le cerveau va réussir à combler les trous, à identifier les mots que vous ne connaissez pas et leur trouver une signification à partir du contexte.

Jérôme Mourlon

Journaliste et écrivain, j'ai publié 3 livres sur l'intelligence. Passionné d'écriture et de partage, je me passionne pour l'univers de la tech, de l'internet et des startups. J'ai créé le magazine WebMX afin de pouvoir laisser libre court à mes envies éditoriales.

  • 1

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *